Stéphanie Brasey
UN MÉDIUM D’EXCELLENCE

Médium pure de Naissance et d’hérédité, mon parcours est, depuis toujours, fidèlement au monde suprasensible. Je suis née près du Cabinet de Nostradamus à Salon de Provence. Et cultive mes facultés depuis plus de 35 ans. Ces facultés ayant été amplifiées à la suite d’une EMI, une expérience de mort imminente vécu lors d’un incendie à l’âge de 5 ans.

Je vois par flashs instantanés, sonde les vibrations de votre date de naissance, interroge les tendances ésotériques qui favoriseront la concrétisation de vos projets de vie. J’établis vos prévisions sur 2 à plus de 10 ans; questionne le Tarot et mes cartes psychiques. Ainsi que le dernier Jeu Personnel que m’a confié le célèbre Mage Belline avant sa mort. Je Maitrise de nombreux arts divinatoires et plus particulièrement les Arts divinatoires « Supérieurs » tels que la Kabbale et l’Isopséphie. Dans le soin de vous apporter une Séance de Grande Qualité. 

Durant votre consultation, nous prenons le pouls de votre situation. Nous traitons des choix et des étapes qui jalonnent votre vie affective, professionnelle, ainsi que de vos projets de vie. Je vous confère un diagnostic pointu, des prévisions fiables et datées pour piloter votre futur et vous préparer à des évènements majeurs. Des groupes de renom comme LVMH- Galeries Lafayette, Bouygues/Tf1, Airbus- MBDA;  des personnalités du monde des affaires; de la vie politique et artistique à Paris, Bourges, Lyon, Bordeaux, Monaco, Genève et des chefs d’affaire à l’Etranger me consultent régulièrement et me font confiance.

Les Prévisions et la libération de vos « Blocages » sont le coeur de ma spécialité. Qu’est ce qui bloque votre situation ? Pourquoi vos projets de vie sont empêchés ? Quand s’amorcera le dénouement de vos difficultés ? Pourquoi vous n’avancez pas?! Pionnière en France comme à l’Etranger, j’ai crée une méthode Unique. La « Voyance Evolutive Appliquée »©. Ce qui signifie que la Technicité de votre séance est sérieuse, engagée dans le processus de votre évolution. 

Grâce à votre confiance, j’ai été élue Meilleure Voyante Professionnelle 2017 et 2016; Membre d’Or de la Voyance par StarOfService.com. Et Meilleure Voyante de Bourges 2016 par NosVoyants.com. Aujourd’hui, vous êtes nombreux à me consulter en Cabinet, ou par Skype ou Téléphone. Aussi je remercie tous ceux qui m’ont laissé “OPERER” dans leur coeur et leur Lumière.

steph02Auteur d’un Univers Surnaturel

Ecrivain aux éditions le Pré aux Clercs et « Hors- Collection », je prête souvent ma plume pour des projets scénaristiques et des spectacles. J’ai co-écris la comédie musicale « l’enfant tombé de la lune » joué au théâtre d’Orange et au Silo en faveur des enfants atteins de cancer. Ainsi que le spectacle « Fairy Tales » pour le club privé de David Lynch à Paris; et « La Porte des Secrets« , diffusée tous les jours à Brocéliande. De plus, j’ai eu la chance de collaborer avec divers artistes comme Chris Birkett, producteur musical de Peter Gabriel. Je publie de nombreux ouvrages traitant d’ésotérisme diffusés chez Fnac, Virgin, Amazon. Dont certains sont traduits à l’étranger comme « Histoires vraies de maisons hantées », « Le traité des Arts divinatoires », « La Bible des Vampires », « Le Traité de Sorcellerie », « Les Agendas du Merveilleux » et« La Bible des Superstitions » paru récemment. Par ailleurs, j’anime des ateliers et des séminaires; des émissions dédiées au symbolisme du Tarot sur ma chaine  « Si le Tarot m’était conté »  . Et j’interviens dans la rédaction d’article de magazine tel que Besoin de Savoir.

Des Conseils d’Expert 

Stephanie Brasey voyanceConsultante Professionnelle et Coach, je vous propose des expertises et des ateliers d’encadrements. Mes interventions sont centrées sur 3 axes. Le Consulting, des services de conseils éprouvés. Le Coaching, la conduite au changement et au dépassement de soi. Le Mentoring, l’accompagnement au pilotage de vos projets.

J’interviens lors de missions mandatées par des Cadres et des PDG et des Cabinets extérieurs. Particulièrement dans les secteurs de la Communication, la Politiquela vie Publique, les dossiers de recrutement, l’Hôtellerie de Luxe; L’Investissement, l’Edition et les Médias comme le groupe Bouygues. Je vous accompagne dans le processus de votre création d’entreprise; la gestion de conflitsl’ajustement de votre communication ou de votre entretien professionnel.

Forte d’un background de plus de 13 ans dans la culture entrepreneuriale, les secteurs liés au management, la communication,  l’Evénementiel et la Stratégie Marketing; j’ai collaboré au projet Euroméditérannée financé par l’Union- Européenne et travaillé avec des ingénieurs sur l’équipement système du « Queen Mary ». Je dispose de plusieurs diplômes et expériences: Master II Coaching et Consulting, BTS Management des unités commerciales, Bac Littéraire avec Mention Bien, Technicienne en Hypnose Ericksonienne- Classique et Pnl, Formation à l’armée de l’Air. Et dispose d’une formation de Comédienne professionnelle. J’ai été formée sous l’égide de Luis Jaime Cortez, directeur théâtral d’Antonio Banderas, puis de celle de Philippe Chagot du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. J’ai fréquenté les Actor Studio et les filiales médiatiques reconnues comme Acting International, les studios Dargaud Medias, filiale de Canal+, et l’Actor’s Factory. Ce qui confère à mes missions une immersion rapide et opérationnelle auprès de cadres, de conseillers et de communicants.

Aujourd’hui je favorise et encourage les possibilités de votre développement, inspire et améliore vos ambitions de Progrès.  

JE M’APPELLE EMI (Expérience de mort imminente)

Médium de naissance, j’ai hérité de mon don par ma grand- mère qui l’a elle- même héritée de sa mère …

Toutefois j’en ai pris conscience grâce à une expérience unique.

A 5 ans il y a eu un incendie dans la maison de mes parents. Ce jour là j’ai connu une expérience de mort imminente. J’ai vu le fameux tunnel et entendu les multiples messages de l’au- delà…Sur la vie, la mort.

Je suis restée dans le coma durant trois jours et trois nuits et je suis revenue comme on revient d’un lointain voyage. Avec la certitude qu’une présence manifeste est bien plus grande que nous, et que la bonne étoile existe pour celui qui sait écouter et décrypter les messages de l’univers délivrés à sa conscience.
J’ai donc eu le sentiment d’être déjà adulte, d’avoir expérimenté l’antique voyage de la mort et la résurrection. Celui que l’on attribue au Cultes d’Osiris, et de Mithra. Revenue de loin certes, mais revenue comme un phénix qui renait de ses cendres.

Ainsi j’ai connu mes premières manifestations spirites dès l’enfance, et j’ai été guidé par une présence durant cette période. Je voyais très souvent un homme jeune, vêtu de noir. Puis des esprits qui se mouvaient derrière les murs blanchis. Il m’arrivait même de faire de la « clairaudience »…de les entendre chuchoter ou se plaindre.

Au début j’en avais un peu peur, puis avec le temps, j’ai compris que je devais les écouter, les accepter. Que si je devais les voir et les entendre c’est que je devais aider les plans de l’autre- côté.

Détail de la toile "L'Ascension des élus" de Jérôme Bosch (1500-1503). (GIANNI DAGLI ORTI / THE ART ARCHIVE / AFP)
Détail de la toile "L'Ascension des élus" de Jérôme Bosch (1500-1503). (GIANNI DAGLI ORTI / THE ART ARCHIVE / AFP)

Deux ans après, j’ai assisté en direct un accident de la route.

Un motard a heurté une voiture frontalement, à pleine vitesse.
Il a fait un looping et a atterri sur le sol comme une crêpe. Il ne bougeait plus.

Je suppliais ma mère de me laisser le voir mais évidemment, une maman ne laisse pas son enfant de 5 ans aller voir un mort. Je sentais qu’il était foutu, parce qu’il y a eu ce « froid »  soudain…Mais plus que tout, ce n’est pas cela qui m’inquiétait le plus…c’était son double.

Au moment où il s’est aplati violemment sur le bitume, un corps blanc et lumineux commençait à sortir de lui…Je l’ai vu en train de se « décorporer ».

Et cet homme m’a souvent suivi durant mon enfance.

C’est la première fois que j’assistais à la mort en directe. A la mienne, puis à celle d’un autre humain.

Je savais déjà que durant ma vie, j’aurais souvent affaire à elle et que je devrais aider, écouter, sauver, les êtres.

Aujourd’hui on dirait que je suis « psychopompe ». Médium certes mais une passeuse, un guide des âmes de l’autre- côté.

danse des fées de Johan August Malmstrom (1866)

SE RENDRE MEILLEUR OU SE RENDRE MALHEUR? 

Je côtoyais alors les entités mais je ne le relatais pas à mes parents. Pendant des années, j’ai tenté de masquer cette étrangeté. Ce don.

Malgré de vaines tentatives pour taire cette faculté, je me sentais prise en otage. C’est comme si quelque chose m’avait marqué, comme si je portais une tâche invisible que seuls les autres voyaient. Au fond, je ne percevais pas la vie comme la plupart des êtres; je n’avais pas du tout les mêmes préoccupations. Et je ne me sentais pas d’ici pour tout dire.

Depuis cette expérience d’EMI, j’ai découvert que l’humain pouvait évoluer, tendre vers des capacité illimités, apprendre sans cesse. Je peignais, dessinais alors que je n’avais rien appris. Chantais, dansais, et de façon intuitive et bien souvent en l’état de transe j’actais sur un domaine distinct sans en connaître les techniques pour parvenir à un résultat abouti. J’avais même d’excellentes notes à l’école… Jusqu’à ce qu’on m’attende une fin d’après- midi à la sortie du collège.  Pour me cogner avec une violence que je n’ai jamais comprise, tout simplement prétextée du fait que j’avais une « tête d’intello » et un cartable démodé en cuir brun.

Alors, très vite je me suis renfermée. D’abord dans la solitude puis le mutisme. Je ne m’exprimais qu’à travers l’art, la musique, la danse, le dessin.  Chaque soir, je contemplais mon globe terrestre lumineux, avant de refermer un livre d’Hugo, Süskind ou Sade que je lisais en cachette.

Mais plus que tout je songeais aux moyens et aux probalités pour quitter cet endroit qu’était l’école, à défaut de répondre à mes agresseurs. Rien n’était envisageable mis à part « Créer de la beauté », pour ne pas devenir comme eux, « inhumains ». De plus, me défendre ?! Il en était hors de question. Cela allait contre les principes de mon éducation Judéo- Chrétienne. Sitôt, j’ai compris que les principes sont les geôliers du changement …

C’est une période qui reste déchirante mais étonnamment, j’en tire un certain bénéfice, une profonde empathie pour mon prochain. Sinon à quoi bon faire l’expérience de cette violence si ce n’est pas pour l’épargner aux autres!?

Alors ce jour, ce jour où ce sont des filles qui m’ont rossé, il est gravé.
Les garçons sont restés là, ils ont regardé, ils ont rit. Personne n’a bougé le petit doigt pour me protéger. Pas même la direction de l’école. Ce jour là, j’ai compris que le monde était brutal et cruel, féroce et lâche chez les enfants comme chez les adultes. « Que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». On ne peut pas attendre et espérer des vertus extérieures si on ne sait pas les inspirer chez les autres. Cette expérience devenue récurrente lorsque je passais les grilles du collège m’a marqué à vif, c’est un choc émotionnel, un choc des idéaux et des valeurs humanistes. Car, À quoi bon servir et aider les êtres si eux- même ne veulent pas se perfectionner. Se rendre meilleur. Ou alors, cherchent à vous atteindre par le mal … Se rendre malheur.

Alors je me suis enténébrée durant cette période. Dans l’art. A tel point qu’on me prenait pour une autiste car  j’avais sombré dans le mutisme. Le silence, les mots avilissants et les coups à la sortie des cours dégoulinaient sur moi. Mais la roue du destin tourne toujours

MA SORCIERE – BIEN AIMEE 

Circe la magicienne-WaterhouseA 7 ans, j’ai eu de plus en plus de manifestations spirites. J’ai vu des morts, puis des êtres de lumières. Toute la nuit, il m’arrivait de veiller pour fixer une étoile dans le ciel et m’imprégner de l’énergie de la lune. J’ignore pourquoi je faisais cela mais je prenais des « Bains de Lune » pour canaliser cette énergie ésotérique qui provoquait des arrêts de télé, des descentes de son quand la radio était allumée, des machines qui se court- circuitaient.

Aujourd’hui encore, ces phénomènes se produisent, la télé s’allume seule, le bouton de la radio tourne et baisse ou monte le son, les cliquetis de tiroirs se font entendre quand un esprit cherche à communiquer ou me montrer l’endroit où elle veut que je prenne un objet qui se rapporte à elle, son ancienne vie…Je perçois très distinctement les pas des esprits dans les escaliers, assiste à des défilés d’ectoplasmes, surprend un filet lumineux flottant dans l’allée d’un couloir avant de rejoindre l’outre- monde après minuit. Et que ce soit en flash ou en rêve prémonitoire je fais régulièrement des voyage astraux dans les lieux qui ont traversé le temps. Par exemple, je peux revivre physiquement une scène, étant dans une autre époque et scrutant les gens qui furent présents lors d’une festivité nocturne en 1925.

De surcroit, les disjoncteurs ont tendance à sauter, les portables et les ordinateurs ne durent pas plus de 2 ans sous mes doigts…Et quand je passe le portique à rayon X d’un aéroport ou les portes d’oscillation dans les stations de métro, je me concentre au- dedans de moi pour ne pas alerter le détecteur de métaux, car ca m’arrive fréquemment.

De fil en aiguille, j’ai ainsi développé une hyper- concentration, mais aussi une forme d’anxiété au contact des machines mais que je domine. Car, je sais qu’il est essentiel pour un médium de veiller en permanence à son état émotionnel afin qu’il ne soit pas sous « haute- tension »  ou « parasité ».

Continument, je demeure ainsi dans une « bulle » de concentration, un univers placide. Disposé à concentrer mes forces pour percevoir ce qui se passe autour de nous, et aider les êtres.

Très souvent, les animaux venaient vers moi. En particulier les oiseaux blessées, comme les corneilles, les chats noirs, voire même des lézards et des batraciens se postaient au pied de la porte de la maison. J’avais d’ailleurs un lézard que j’avais prénommé « SILAID » parce que les gens trouvaient que les reptiles étaient repoussants. Alors, j’avais pris le partie d’aimer aussi ceux que les êtres repoussaient. Je ne voyais pas pourquoi on devait octroyer de la douceur et de l’amour à ce qui était beau, correspondait à un critère esthétique subjectif, alors que la vie est tout simplement belle telle qu’elle est. De plus je voue une attention et une écoute particulière envers les animaux aussi, les soigner, être en phase avec eux grâce à l’utilisation de mes dons.

 

Durant cet âge de raison, j’ai aussi procéder à des rituels mystiques avec deux autres jeunes filles de mon âge. Nous étions trois voisines, et nous nous retrouvions près d’un bois sur les hauteurs de la colline d’Api. C’était un Jeudi Soir. Nous invoquions les esprits en formant un cercle et en nous tenant la main. Ainsi, nous plongions dans une concentration intense et je dirigeais la séance de spiritisme auquel les deux jeunes filles m’avaient conviés, certaines que j’étais une « Prêtresse de l’autre- monde » et sans savoir déjà, à l’époque, que ce fut une séance de spiritisme.

Quelques minutes plus tard, un homme est passé et m’a toisé comme si j’étais une sorcière. »A witch« . Et finalement avec le temps, je crois que ce regard m’a marqué parce qu’effectivement je suis une sorcière. Mais une sorcière blanche, bienveillante. Ca ne signifie pas pour autant que je n’ai pas eu de confrontation avec des entités très noires. J’ai du canalisé mon don et je considère aujourd’hui ce parcours avec joie, car il me permet d’aider les êtres et de côtoyer l’univers des esprits sans appréhension

La vie est étrange…Une sorcière blanche, qui vit à Bourges, dans le Berry, le Pays des Sorcières et des Alchimistes. En compagnie de mon petit Loupiot, un Loup Gris né le jour d’Halloween…(sourire). Vous voyez, avec moi il n’y a jamais de pur hasard, tout est toujours « signé » par ma bonne étoile.

Départ pour le Sabbat, 1910 - Albert Joseph Pénot

Peu après cette séance de spiritisme, nous sommes entrées plus profondément dans ce bois, en longeant la colline, et nous avons découvert une vieille voiture, une déesse noire plus précisément.

Une des filles nous a défié. Elle voulait savoir si nous aurions le courage d’entrer dans la voiture pour voir s’il y avait quelque chose à l’intérieur.

L’autre jeune fille n’a pas bougé. Et j’avoue que déjà j’étais mal à l’aise, comme si l’atmosphère ne voulait pas de nous.

Toutefois, je me suis approché. Soudain, j’ai eu un flash…J’ai nettement vu un homme avec du sang sur le visage. Il était assis à la place du conducteur. Et j’ai senti un frisson glacial parcourir mon dos. Je ressentais ce même « froid » que le jour où le fameux motard était mort …

J’ignorais si c’était un mort ou si cette personne était encore vivante réellement; tant il était physiquement, matériellement présent. Il me fixait de ses grands yeux bleus d’aciers. C’était un homme d’environs 45 ans, assez ridé, le visage carré et de petites pommettes, des joues creusées avec une large plaie béante sur le coté droit de son crâne. Une chemise bleue ciel avec de très fines rayures en bayadères et un pantalon marron kaki. Un tissu d’été. J’ai alors demandé aux deux filles si elles le voyait dans la voiture. Elle m’ont regardé bizarrement et m’ont dit :

« Mais non, qu’est- ce que tu dis ! Y a personne ! Y a pas d’homme dans la voiture ».

Jacobs_Ladder
L’échelle de Jacob

Soudain je me suis sentie prise par quelque chose, comme si on me transportait brusquement contre mon gré, comme si quelque chose m’absorbait et était plus fort sur ce le moment. C’était un flash instantané très précis. Je n’entendais plus la voix des deux autres jeunes filles qui m’accompagnaient. C’était comme si l’on m’avait plongé dans une autre réalité mais tout aussi palpable et sensorielle.

J’ai été éblouie par une lumière éclatant sur mon visage. Et j’ai vu et entendu distinctement cette voiture caracoler comme un tonneau jusqu’à se planter là, devant mes pieds. Je sentais ce froid bizarre, celui qui s’installe quand vient la mort. Puis cette douleur. ce mal de tête terrible, au côté droit du crâne. A cet instant, je me sentais comme « assommée », comme si j’avais reçu un choc physique très violent sur la tête. Et j’ai baissé mes yeux, et vu des mains en sang. Pas mes petites mains de gamine de 7 ans, mais des mains d’homme, d’adulte. Peu à peu, j’avais du mal à respirer, je commençais à suffoquer, à ouïr cette caisse résonante qu’est le coeur battant à tout rompre dans mon corps et mes oreilles…Je me suis sentie partir, partir comme si  j’allais dans un autre lieu encore plus profond, immergée dans un état plus profond jusqu’à ce que je revienne…Ici. Avec les deux filles que le temps et l’espace avaient occulté.

Une des filles était tétanisée, elle me regardait avec effroi parce que je vivais cette scène sous ses yeux tandis que l’autre fille tenait mes épaules. J’ai lancé un dernier regard à travers la vitre de la voiture, l’homme n’était plus là. Tout à coup je me suis retournée. L’homme était sorti de la voiture et me faisait face.  Son visage ensanglanté surplombait ma petite taille et ca m’a terrorisé. C’était la première fois que j’inhalais une odeur de sang à travers un flash.

J’ai lançé « il est là, il est là ! ». Les filles se sont mises à crier. Elles n’ont rien compris, cependant nous avons couru comme des folles jusqu’à voir quelques maisons.

Essoufflées et certainement très apeurées, elles sont remontées chez elles sans piper mot. Nous nous croisions quand nous allions à l’école, mais depuis ce jour elles n’ont plus voulu en parler. Pour ma part, je me suis sentie maudite. Vraiment maudite. Je croyais que j’avais quelque chose qui faisait fuir les gens, que je faisais peur et que donc…j’étais un monstre.

J’en ai longtemps voulu à l’univers, parce que ce don m’a vraiment pourri l’existence. Tant que je n’aidais pas les êtres, tant que je n’agissais pas en étant « au milieu » (c’est le rôle du « médium » d’être à l’intermède des choses), toute ma vie serait bloquée. Mise en stand by. Et rien ne m’épanouirai.

CHANNELING ET RITUELS A L ADOLESCENCE

bliding love

Les études ont ensuite été très difficiles. Non pas la scolarité, mais les relations avec les autres jeunes. Les filles, les garçons. Les bizutages…L’horreur.

Dès qu’on me mettait dans un groupe, j’avais le don de m’attirer la violence des êtres….Alors j’ai volontairement saboté mes études. J’écoutais même du métal. J’en arborais un look sombre, de « punkette ». Portais le blouson en cuir et des rangers noires et montantes. Assurément dans le but de faire peur, de « refroidir » ceux qui éventuellement auraient pu m’oppresser ou auraient été tenter d’agir. A tort ou pas, on se croit souvent obligé de porter un masque aussi noir que celui de ses bourreaux. Et ce masque, je l’ai porté comme une seconde peau.  Aujourd’hui, il me reste une tendre affection « stylistique » pour les Doc Martens et les vêtements noirs…

L’adolescence a été une période encore plus puissante ésotériquement.

Des ectoplasmes qui traversaient le couloir, dans l’opacité de la nuit. Des poltergeist, des objets qui passaient du coin d’une pièce et voltigeaient pour aller vers l’autre coin de celle- ci. Des grincements de gons de portes et des portes de grenier qui s’ouvrent seules…Des bruits de pas sur le toit alors que j’étais au dernier étage…Des gouttes d’huile noire et chaude qui tombaient comme de la cire, et du plafond, en formant un « corps humain » sur le parquet. Noir comme une ombre. Et ce jour, ce phénomène s’est présenté dans la chambre de mes parents. Ils étaient effrayés. Nous étions 3 à voir la même chose et à partager cette même expérience. Là, ils ont enfin  pris conscience qu’il se passait des choses inexplicables et parfois vraiment « creepy ». Par ailleurs, ils se doutaient très bien que j’étais le « catalyseur » de ces phénomènes étranges car plus je devenais adulte, plus ces choses se manifestaient…
C’est une très longue histoire, vous vous en doutez ; et je ne peux pas raconter tous ces faits singuliers en quelques lignes…

Alors certes, ils ont mis du temps à accepter ces phénomènes. Je sais bien que lorsqu’on est adolescent et qu’on est confronté à ces phénomènes, on attend de ses propres parents une protection « surnaturelle » . Mais ça ne prend pas. L’adolescence est un passage initiatique et ésotérique très important . C’est le moment où l’on choisit son « camp ».

C’est une période ou l’esprit qui se dévoile à votre regard peut devenir plus « agressif »,  tester votre force d’âme et votre mental ou tenter de vous incorporer. C’est une période d’initiation. Des bons esprits peuvent se manifester en « mauvais esprits » dans le seul but de vous former à la vision claire et juste du monde qui est de l’autre- côté. Car il n’y a pas d’enfer en flamme ou de petits nuages à chérubins! Les formes de nos êtres sont différentes de celles qu’on s’est habitués à voir. Vous pouvez développer d’autres facultés psychiques et nouvelles durant cette phase. De la clairaudience, l’écriture automatique, des facultés « spirites » et de channeling renforcées, la peinture médiumnique…

C’est un moment difficile à affronter et à assumer ésotériquement. Mais après un cycle de plusieurs décades, ca se calme et vous entamez un processus d’équilibre et de maîtrise réelle sur la « magick ». En somme, il n’y a pas de bons ou mauvais esprits. Les esprits sont des « daemons », rien à voir avec le christianisme. Mais étymologiquement, ils sont de pures « puissances divines » , fortement utiles. Car, même ces mauvais « génies » vous apprennent tous quelque chose sur vous. Et qui se présente à vous, se présente pour vous instruire et mesurer votre potentiel et ôter le voile de votre regard « manichéen ». Ce qui est plus à redouter est l’activisme des médiums eux- même ou des néophytes de la magie noire plus que les esprits en eux- même.

Puis, j’ai eu affaire à des ombres et des odeurs de sulfures qui laissaient sur leur sillage une empreinte. Des voyages astraux quotidiens, des découvertes de vies antérieures et de chamans…Des visites de maîtres ascensionnés comme Métatron, l’archange Michel puis Uriel, un ange qui aimait converser devant le soleil et ne cessait de m’énoncer en larmoyant « Regarde les hommes tomber ». C’est tout de même amusant, des années après j’apprenais que c’est le titre d’un film réalisé par Jacques Audiard en 1994.

Johann Henrich Fussli- le cauchemar
Johann Henrich Fussli- le cauchemar

Puis d’autres évènements comme un tableau qui m’a été offert. Et dont la peinture « pleurait ».

Je faisais des cauchemars tous les soirs et voyait une veille femme sangloter, et le jour je la voyais dans ma chambre, repliée sur elle- même, par terre et dans un coin. Elle cachait son visage avec ses cheveux mouillés et ternes qu’elles semblaient ramasser dans sa main tremblante.

Je savais que c’était un esprit. Simultanément, elle émanait quelque chose qui suggérait le secours et le  « piège ». Je me suis approchée vers elle, en concentrant mes forces intérieures; me convainquant que si jusque là je n’étais pas morte, (enfin oui et non), c’était parce que je pouvais l’aider.

Mon expérience de la mort imminente à 5 ans, me disait que j’étais « immunisée » face aux esprits…

En m’approchant, cet esprit « gémissant »  m’a sauté en pleine gueule comme une gorgone se ruant sur une proie. J’ai eu peur. Car je la voyais comme vous et moi, je sentais son odeur, j’avais un visuel parfait de la texture de sa peau. A 16 ans, cela demeure ni plus ni moins impressionnant qu’à 10 parce qu’on est jamais assez bien rodé face à ces rencontres de l’invisible. Chaque esprit à son « caractère ». Sa personnalité et ne demande qu’à être « dompté ». D’ailleurs, on est plus souvent attaqué étant « hormoné », hypersensible, jeune et adolescent…ne sachant pas vers quel côté se tourner. Mais là, c’était éloquent de rage et de désespoir.

En conséquence, je contacte la personne qui m’avait offert le tableau pour lui dire que je voyais une morte qui se morfondait dans les larmes nuis et jours. La personne m’a confirmé que cette femme était bien morte. J’ai donc évoqué les phénomènes de sa présence, comment elle se manifestait puis :

« Ce tableau pleure, littéralement! Lui dis-je. J’entends et je vois cette femme pleurer abondamment, elle ne ressemble à plus rien d’humain tant elle est dévorée par le chagrin. Il faut l’aider sinon c’est moi qu’elle va emporter sur son sillage ! ». Oui, j’avais réellement peur, parce qu’il m’arrivait des malheurs en prime depuis que j’avais eu ce tableau…

Cette femme avait été condamnée par les médecins et elle n’était pas prête à quitter notre sphère.

Elle voulait rester attacher à la matière. Or, de l’autre- côté, cette femme était complètement livrée à elle- même! Ce tableau représentait tout son supplice. J’étais saisie par cette souffrance au point qu’il fallait que j’en ai le cœur net. La dame qui m’a offert ce tableau m’a donc raconté l’histoire de cette artiste peintre.

Cet artiste était atteint de cancer. Elle a su qu’elle était condamné au moment où elle a peint ce tableau et elle est décédée quelques jours après.

Après ce phénomène, j’ai donc commencé à faire des travaux de protections et de dégagement des esprits, de bénédiction des lieux, de purifications et des exorcismes spécifiques. J’ai brulé le tableau lors d’une cérémonie ésotérique et cette personne a été libérée. Elle est partie en venant me voir une dernière fois, jeune, belle, douce. Elle m’a montré le visage de son âme délivrée.

Dans sa lumière.

LES FANTÔMES

400px-John_William_Waterhouse_-_Magic_Circle
John_William_Waterhouse_-_Magic_Circle

J’ai eu également d’autres visites de morts, de ma famille.

Des voyages chamaniques très souvent « initiatiques », des mauvais esprits que j’ai du combattre aussi…Et bien évidemment des gens qui touchaient à la magie noire voire au vaudoo. Mais aussi ceux qui ne sont pas vraiment médiums, pas initiés à l’ésotérisme et au monde du paranormal et qui sans le vouloir, chargent des lieux et attirent à eux les foudres des fantômes. Qui par le suite, ne veulent plus les quitter, ni débarrasser le plancher…

La voyance, le channeling, les séances de spiritisme et toutes ces choses fascinent les êtres mais malheureusement ils ne savent pas qu’ils touchent à de la magie et à des entités qu’ils ne connaissent pas, dont ils ignorent le champs d’application et les forces occultes même sur le long terme…

Le spiritisme n’est pas un jeu. Si vous vous embarquez dans cette exploration de l’astral, faîtes- le avec un médium « channel », et des êtres stables, volontaires autour de la table et sachant dominer leur peur.

J’ai eu également des visites de morts que j’avais vu et croisé une seule fois de leur vivant.

Adolescente, j’ai vu le suicide d’un jeune garçon que les ados harcelaient dans la cour de son école. Une haute école privée. Il m’arrivait de le croiser hors des grilles du Collège, et de parler de Sciences en sa compagnie. Il était très aimable, très intelligent, surdoué, et promis à un bel avenir mais quelque chose n’allait pas…Personne n’écoutaient et ne soupçonnait sa souffrance quotidienne. Il s’appelait Nathanaël.

Quand il s’est pendu dans le grenier de la maison de ses parents, il est venu me rendre visite en 1997, en pleine nuit. J’avais 17 ans et lui 18.

18 ans, l’âge de la majorité. Pourquoi faire cela quand on amorce enfin l’émancipation parentale, quand on peut enfin échapper à la matrice périnatale qui vous conditionne, vous bride, vous engramme dans des concepts de vie et des attitudes qui ne sont pas du ressort de l’expression pure de votre âme, de votre essence ?…Personne ne devrait se suicider. Personne. Nous devrions tous nous aimer, nous aider à supporter l’insupportable quand il nous arrive, et aimer ce don sacré qu’est la vie. Mais, pour Nathanaël, « la vie était insupportable ».

Un soir, dans ma chambre j’ai eu un rêve prémonitoire , je l’ai vu sangloter de tout son cœur. Des larmes déchirantes.

Et je l’ai vu passer une corde à son cou. Dans un sordide grenier, pendant que ses parents dormaient dans leur chambre. Il avait calculé son coup. Je l’ai bien perçu dans ses gestes, le choix de la date, il était décidé à quitter le monde, en commençant par la maison de ses parents.

J’ai senti le nœud de la corde sur mon cou se poser calmement, presque comme une caresse. Peut- être le temps de ressentir un émoi, une hésitation. Pas même. Le nœud se serrait. Je sentais nettement la texture de cette corde sur mon cou et j’ai senti l’étranglement, l’asphyxie, un poids balancer et la rigidité soudaine de son corps balancer à travers le mien. Puis… « Le froid » qui m’a tétanisé.

Cette nuit, il me disait au- revoir. Il a voulu me montrer la vérité de sa détresse et peut- être que le coeurs se répondent vraiment à distance, les coeurs de nos pensées. Dieu… J’en pleure encore de n’avoir pas été là pour le sauver, de n’avoir pas pu l’aider à sortir de sa famille, à attendre un lendemain meilleur pour enfin vivre les promesses de l’aube.

Nous nous étions croisés ; enfants d’une classe d’école. Et nous ne nous étions jamais revu depuis sa visite « post- mortem » , via ce rêve prémonitoire.

Je ne disposais pas de son numéro de téléphone, ni de son adresser Bref, rien pour réveiller ses parents et les avertir que leur fils, Nathanaël, se pendait au dessus de leur tête pendant leur sommeil.

C’est insensé, je le sais bien. Et pourtant quelques années après, j’ai su par une amie qui avait retrouvé sa mère, qu’il s’était effectivement pendu le jour de son anniversaire. Le jour de ses 18 ans. Pendant que ses parents dormaient paisiblement dans la chambre située sous le sombre grenier.

 

J’ai l’esprit de l’ex-femme de mon mari, Mirna, qui est venue me voir le jour de sa mort après avoir lutté contre le cancer. Depuis, elle ne me quitte pas et nous sommes amies. Elle m’aide aussi pour la guidance, à travailler avec le royaume de lumière et le chamanisme.

J’ai également vu mon beau- père, puis ma belle – mère venir me rendre visite le jour – même de son départ…Et bien d’autres êtres que j’ai simplement parfois croisé. Avec qui il y a eu un rapport d’empathie, de sympathie, de compréhension. Egalement, j’ai déjà été visitée par une Dame Blanche, au pied de mon lit, auréolée d’une grande lumière blanche et me fixant avec profondeur et calme. Elle me guidait vers un jardin de lumière… C’était d’ailleurs, quelques jours avant que je reçoive les deux derniers tarots que Marcel Belline m’a confié depuis sa sépulture.

Alors oui, je vois, j’entends, j’écris automatiquement, même quand j’écris un livre, un roman ou une chanson; je fais de la peinture sous état de « transe » et je soigne par magnétisme et Hypnose. Il m’est même arrivée de parler dans des langues étrangères comme de réciter des prières en sanskrit pendant mon sommeil . Je fais régulièrement des voyages astraux et des rêves prémonitoires. Et oui, j’accompagne les êtres pendant leur vie et les écoutent durant leur « après- vie » aussi.

William-Blake_le-Cercle-des-luxurieux
William-Blake_le-Cercle-des-luxurieux

Malgré nombres de tentatives pour échapper à ce don, je suis heureuse d’avoir retenue la plus grande et la plus belles des leçons. Celle dont parle Blake :

« Voir dans le monde un grain de sable, et l’éternité dans une heure ».

Je suis un médium pur et psychopompe. Issue d’une nouvelle génération. Je vis dans l’air de mon temps, de mon époque. Toutes ces choses m’ont aiguillé sans cesse et forcé à assumer ce don. A tendre l’oreille, à ouvrir les yeux de mon cœur à ce monde visible et invisible qui est le nôtre.

BELLINE ET MOI

Avant de trépasser, le célèbre Mage Marcel Belline m’a confié un cadeau avant même que je ne soupçonne qu’un jour je marcherais dans ses pas. Ceux de la voyance. Car naturellement, j’ai tout fait pour m’éviter ce chemin.
20 ans avant que j’officialise mon don, celui que l’on surnomme le “Prince des voyants” m’a fait un cadeau qui est un magnifique message d’éternité. Un présent qui est une sorte de mécénat, de caution, mais plus encore. Grâce à ce geste qui défie les lois du temps et de l’espace, j’ai compris que je ne pouvais plus y échapper.

Chez lui, dans sa collection personnelle, alors que le tout- Paris l’avait livré à sa solitude et au lynchage, Belline a voulu jouer pour une dernière fois avec les dés du destin et les arcanes du temps.
Et de surcroît, avec élégance.

Oracle
Oracle

Cet homme, ce digne héritier du mage Edmond, m’a transmis deux jeux de tarots. L’Oracle et son grand tarot-édition de luxe.

Comment me les a – t- il transmis ? En main propre oui. Mais pas les miennes. De façon indirecte et fabuleuse.

Il les a transmises à un journaliste qui devait me les donner plus d’une vingtaine d’année après personnellement. Après la dernière lune de Sang. Un rendez- vous sacré particulièrement insolite. Car en plus, je revenais d’un voyage dans La Ville Sainte, à Jérusalem.

Marcel BellineBelline est mort. Les jeux que je possède sont les derniers qu’il ait eu en main propre, chez lui, à son cabinet du 45 Rue Fontaine, en sa pleine possession et de son vivant. Ce sont les derniers qu’il a vu et qui ont respiré avec lui. Près de sa fenêtre, et dans le tiroir de son secrétaire. Qui ont été caressés par ses yeux de médium du « millénaire », sous ses mains magnétiques, dans la chaleur sainte de sa demeure.  Comment ne pas faire de mes yeux des mains d’homme, rendre hommage à celui s’est présenté comme mon Maitre depuis l’éternité.

 

« La vraie voyance, c’est d’abord un don de sympathie qui conduit un homme à capter les ondes (ou les raisons profondes) d’un autre être, pour rassembler un certain nombre d’informations, généralement cachées, et les mettre à son service. Un voyant est (ou devrait être) un homme qui éprouve le besoin de comprendre son prochain. Sans une telle ‘approche’, et quelle que soit sa force intérieure, il ne verra pas l’essentiel.  » –Marcel Belline

peim

Les Rendez-vous sont à prendre une semaine à l'avance.

Compte tenu du délai d’encaissement des chèques et des virements bancaires, merci de bien vouloir prendre vos rendez-vous une dizaine de jours à l’avance si vous choisissez ce mode de règlement.

Merci de votre compréhension.

Traité des arts divinatoires

Je Commande Mon « Traité des Arts Divinatoires » Spécialement Dédicacé par Stéphanie Brasey, au prix de 23€
(Frais de port inclus) 

Traité des arts divinatoires

pro-brasey-2017Meilleurs voyants à Bourges

Réservez votre consultation avec Stéphanie!

Montrer les boutons
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google Plus
Partager sur Linkedin
Partager sur Pinterest
Partager sur youtube
Envoyer par mail
Cacher les boutons